Il a tout plaqué pour refaire sa vie au Japon…

Un jour, j’ouvrais mon Facebook et dans mes actualités, je tombe sur une news d’un de mes amis de longue date qui me donne le sourire. Il vient de concrétiser un nouveau projet professionnel sur lequel il bosse depuis 2 ans : GAISAPP, un service d’aides aux étrangers vivant ou voulant vivre au Japon. Pour la première fois j’ai eu envie de vous parler de lui car il fait partie des gens que je trouve inspirants et dont je suis fier de voir grandir. Parti de rien avec peu de finances et un niveau de japonais proche de zéro, il est aujourd’hui chef d’entreprise, marié avec des enfants et habite à Tokyo.

Avant de parler de ce qu’il a réussi à faire, je veux surtout vous parler de lui. Il s’appelle Jean-Marc Boyer. Il y a 8 ans, après le travail, j’allais participer à des soirées parisiennes autour du jeu vidéo où je m’amusais en faisant des rencontres. À l’époque je venais tout juste de commencer le premier épisode de ma série « Japon, qui es-tu ? », je voyais régulièrement ces professionnels du jeu vidéo et forcément des passionnés du monde otaku japonais. Jean-Marc est le fondateur du magazine Total Manga qui traite de la culture japonaise en général. En parallèle, il a diversifié son activité par de la création de sites web, le lancement d’un magazine papier en France… bref son parcours était déjà bien rempli d’aventures. Un jour en 2011, il m’annonce un projet fou. « David, je quitte la France, je refais ma vie au Japon ».

Repartir à zéro…

Entre dire les choses et passer à l’action, il y a un fossé énorme. Il a revendu sa société en France et a pris un aller simple vers le pays du Soleil Levant… ses débuts au Japon étaient difficiles. Livré à lui-même une fois sur place, il a pu me raconter ses galères qui étaient pour moi une source d’inspiration énorme. Car tout plaquer pour refaire sa vie est toujours une preuve de courage, surtout quand tout allait bien dans sa vie. Mais au fond, son rêve était ailleurs. Au Japon, de par mon vécu et tout ce que j’ai pu apprendre, il y a la grande question de l’adaptabilité pour les expatriés, les codes comportementaux sont si différents, la barrière de la langue est là au début. Apprendre le japonais c’est très bien à partir de la France mais pour l’entretenir, selon moi il faut être sur place. Bref Jean-Marc a fait le choix de partir.

… et atteindre le succès

Ce genre de galères il les comprend, il les a vécues. Une somme d’argent très maigre au départ, un réseau presque à néant, un niveau de japonais proche de zéro… Parti de rien, il a su être patient, j’ai pu vivre à distance son évolution : digital nomade, premier CDI, développement de son réseau relationnel, mise en place de ses idées entrepreneuriales, il devient conseiller d’entreprises, d’artistes japonais… Puis il m’annonce la naissance de ses premiers bureaux, premiers recrutements pour faire grandir sa société de conseils, les années passent… il est désormais marié à une japonaise, il a fait des enfants et il est chef de sa propre entreprise de conseil aux entreprises, conseiller auprès de l’organisme national d’aide aux PME japonaises et actionnaire d’une agence dans le digital.

Aider les autres à vivre au Japon

Son nouveau projet c’est GAISAPP, un service d’aides aux étrangers vivant ou voulant vivre au Japon. J’ai envie de vous parler précisément de ce projet car il fait écho à toutes les galères qu’il a vécu et tout ce qu’un étranger peut « subir »  une fois arrivé au Japon. Pour faire simple, Gaisapp aide les gens à trouver un logement, l’acheter ou réussir à le louer, sans uniquement passer par les annonces en anglais. Il ouvre tout le marché de l’immobilier aux mêmes tarifs que pour un résident normal. Et en plus de ça, il peut aider les gens avec des situations complexes à réussir leur location (VISA pas encore reçu, ne parle pas la langue, etc.). Les clients sont français, hong kongais, américains…

Quand je lui demande de partager son vécu en réel service, il me répond.

Jean-Marc : « Et on file un coup de main aussi pour les tracas quotidiens (administrations, législation, etc.). »

Je ne sais pas si une telle agence existe déjà. Mais quand je vois la combativité d’un ami face à une culture qui exige une adaptabilité forte, je ne peux que vous recommander ses services. Un dernier mot de Jean-Marc sur une leçon de vie qu’il tire de cette expérience : « si tu ne fais rien oui, tu n’échoueras jamais. Mais tu manqueras tout ce que l’échec a à t’apprendre et tu ne découvriras pas le goût de réussir ce que tu as entrepris ».

 

Avant de vous laisser,

n’oubliez jamais que vous êtes génial, quoique puisse dire votre entourage. On entendra toujours des phrases comme :

  • « t’es malade, tout va bien et tu plaques tout »
  • « t’es trop XXX, t’es pas assez XXX »
  • « je te connais, tu vas te planter et tu vas revenir »

et d’autres réflexions du genre… souvent issues de la peur des autres et pas la votre. On n’est jamais sûr de réussir certes… tout comme on n’est jamais certain d’échouer. Alors je vais reprendre une phrase de David Laroche, un jeune coach : autant agir comme si tout était possible.

 

David-Minh TRA

 

TOUTES LES INFORMATIONS :

URL : https://gaisapp.com/fr/

Téléphone : T +81 3-6228-0924
Email: contact@gaisapp.com

Adresse : GAISAPP, 169-0072 Tokyo, Shinjuku, Okubo, 2-10-02 Yamazaki Bld. 202

David-Minh TRA

David-Minh TRA

Avec sa gueule, on pourrait croire qu'il a dû faire une école d'Ingénieur à Paris et qu'il a passé ses journées à diriger des projets Web... Eh bien ce n'est pas tout à fait faux ! Sauf que ce Nem est aussi et plus que jamais un Reporter et Réalisateur de séries documentaires sur YouTube. Couronné de la 3ème place des meilleurs blogs "Voyages" au Golden Blog Awards Paris 2013, cet artiste autodidacte poursuit la série "Japon, qui es-tu ?" qui a fait sa renommée et n'a qu'une obsession : vous faire voyager et rêver.